Tous les articles par charlie

L’interview décalée | Dimitri Durandet


Bonjour Dimitri, peux-tu te présenter ?
On va juste parler du début et de la fin car sinon il y a trop de clubs à citer (rires).
J’ai démarré à 6 ans à Blanquefort et aujourd’hui à bientôt 34 ans je suis revenu dans mon club formateur, depuis trois ans déjà.
Au niveau professionnel, je suis auto-entrepreneur dans le bâtiment.
D’ailleurs j’en profite pour faire de la pub, si vous avez des travaux de rénovation à faire, appelez-moi (rires) !

Ton joueur favori ?
Zizou !

Ton club préféré ?
Le Real Madrid . Grâce à l’ère « galactique ».

Ton entraîneur favori ?
Il y a en a deux . Pour voir du beau jeu il y a Pep Guardiola, par contre si tu veux voir du combat c’est Diego Simeone !

Ton stade préféré ?
La Bombonera, le stade de Boca Juniors.

Ton geste technique favori ?
Oula ça se complique (rires) !
J’adorerais savoir faire « l’élastico » comme faisait Ronaldinho mais à coup sûr je me ferais les croisés…
Donc on va rester sur une belle « planchette » à la Di Méco (rires) !

Le meilleur joueur de tous les temps selon toi ?
Zizou, il a bercé mon enfance !

Ton onze de rêve ?
Kahn  – Thuram, Puyol, Maldini, R. Carlos – Keane, Pirlo – Messi, Zidane, Ronaldinho – Ronaldo.

Dimitri joue milieu axial en Seniors 1

Dans ton équipe, qui est ?

  • le + chambreur : je suis pas mal là-dessus…
  • le + râleur :  Florian Guillaume,  et de loin ! Mais comme d’habitude il dira que c’est faux car il est aussi le mec le plus de mauvaise foi (rires) !
  • celui qui s’habille le mieux : il y en a deux ! Clency Dadar est toujours très clinquant et il y a Malik Chekaïk, depuis qu’il est célibataire tout est assorti, pas une erreur…
  • celui qui s’habille le moins bien : Malang Goudiaby ! On ne sait pas trop ce que c’est, survet’, boubou, babouche… Il nous sort n’importe quoi (rires) !
  • le + joyeux : Malang Goudiaby aussi, même quand le coach le « pourri », il sourit encore.
  • le boucher : je pourrais presque citer la moitié de l’équipe (rires) ! Je dirais que Bryan Lajoux, Benoît Perez et moi on a une petite longueur d’avance (c’est peut-être notre côté medocain !).
  • le + technique : je dirais Clency Dadar.
  • le – technique : Bryan Lajoux et Malang Goudiaby ! Ne leur demande jamais un contrôle orienté ou une transversale, le ballon est directement perdu… Le coach a expliqué un jour à Bryan qu’il y avait plusieurs contrôles de la poitrine… Je crois qu’il cherche encore ce que c’est (rires) !
  • le + souvent en retard : Malang Goudiaby et Jules Montis ! Même à l’entraînement ils sont jamais arrivés à l’heure depuis trois ans !!
  • le + fayot : Benoît Perez ! Il prête toutes ses affaires au coach pour être dans le groupe (rires) !
  • le + fou : Bryan Lajoux ! Un bon médocain de base ! Avant les rencontres il veut qu’on le frappe pour être dans son match…

Dimitri dans l’un de ces exercices préférés…

Que représente l’ES Blanquefort pour toi ? 
C’est mon club de cœur qui aura vu toutes les étapes de ma vie de footballeur…
Il m’a vu démarrer le foot à 6 ans et me verra sûrement finir ma carrière (car on s’en approche…).

Un dernier mot pour la fin ?
Un grand merci à tous et toutes qui font vivre ce club !
Faites attention à vous et à vos proches durant cette période difficile.

Merci Dimitri !


A la découverte de… David Busin, éducateur des U17-1


Bonjour David, peux-tu te présenter pour les lecteurs qui ne te connaissent pas ?
Bonjour, j’ai 47 ans, je suis marié et j’ai deux enfants.
Je suis originaire du Nord et suis arrivé en Gironde il y a onze ans.
J’ai découvert le club il y a sept ans grâce à un ami qui y jouait en vétérans.
Au niveau professionnel, je dirige un service financier d’un grand groupe Bordelais.

Quel est ton parcours footballistique ?
J’ai commencé le foot à six ans et pratiqué dans des clubs de la région Nord.
A quatorze ans j’ai été recruté par Valenciennes, club de Ligue 2, j’y suis resté jusqu’à mes dix-huit ans.
Ensuite une année dans un club de niveau R1 puis une autre en N3.
A vingt ans j’ai arrêté le foot car je n’arrivais plus à concilier les entraînements tous les soirs avec mes études.
C’est mon plus grand regret mais les études passent avant tout.

J’ai recommencé à trente-huit ans et je joue encore à l’ESB, nous avons une équipe + de 40 ans et une + de 50 ans.
Je rattrape le temps perdu.
On se retrouve le jeudi soir pour l’entraînement et le dimanche matin pour le match.

Ton premier souvenir footballistique ?
Les premières sélections, il me semble que cela s’appelait « le plan Guérin ».
Il fallait entre autre réaliser cinquante jonglages du pied droit, gauche, tête etc…
Je m’entraînais tous les jours après l’école.

Ton meilleur souvenir de foot ?
Un grand tournoi à Paris qui ne regroupait que des équipes U17 Nationaux de clubs pro.
Au défilé de présentation des équipes, on était les seuls à ne pas avoir de survêtement du club ; toutes les équipes nous ont prises de haut et on avait un peu la honte quand même !
Au bout des deux jours on gagne le tournoi et on va chercher la coupe en tong.

Ton pire souvenir ?
Un match de début de saison avec les U19 de Valenciennes, je jouais arrière droit et je fais une passe en retrait pas assez appuyée à mon gardien.
Il doit plonger dans les pieds de l’attaquant pour récupérer le ballon et se prend un tacle de l’attaquant en pleine face.
Bilan : mâchoire cassée et il a mangé du Yop pendant un mois…

Ton club préféré ?
Liverpool FC.

Ton joueur favori ?
Je vais sortir des sentiers battus, un joueur comme Mathieu Bodmer me plait beaucoup.
A trente-sept ans il joue encore en pro.
Dans ses différents clubs, Lyon, Lille, le PSG, il a joué en défense centrale, en 6, en 10, et même devant.
Bref, il sait tout faire au niveau Ligue 1, preuve que quand on a de la maîtrise technique on peut jouer partout.

Ton coach préféré ?
Guardiola, il révolutionne le foot anglais actuellement.

Ton stade favori ?
Bollaert à Lens, stade à l’anglaise avec des tribunes très verticales et proches du terrain, et quel public !

Ton match référence ?
La demi-finale de la Coupe du Monde 1982 entre la France et la RFA. J’avais 10 ans et c’est la seule fois où j’ai pleuré devant un match de foot.

Pour l’anecdote, dix ans plus tard j’ai joué avec Didier Six une saison. Il ne voulait pas tirer le penalty…Le coach l’a forcé. Il avait même retiré ses chaussures et protège-tibias !

Canal+, RMC Sports ou beIN Sports ?
Canal+.

Platini ou Maradona ?
Platini.

Zidane ou Ronaldo ?
Zidane.

Messi ou Cristiano Ronaldo ?
Ronaldo.

France 1998 ou France 2018 ?
2018 avec mes enfants.

Stade Chaban-Delmas ou Matmut Atlantique ?
Chaban-Delmas.

Ton onze de rêve ?
Buffon – Amoros, Mozer, Battiston, R. Carlos – Zidane, Kanté, Platini – Papin, Waddle, Cantona.

Merci David !


 

Les capitaines ont la parole | Épisode 6


Bonjour Jean-Philippe, peux-tu te présenter ?
Bonjour, je m’appelle Jean-Philippe Rios, j’ai 30 ans et je suis capitaine de l’équipe fanion de l’ESB depuis quatre ans.
Je joue actuellement latéral gauche mais mon poste est milieu défensif.

Quel est ton parcours footballistique ?
J’ai débuté à Blanquefort en « Poussins ».
J’y suis resté tout au long des catégories mis à part en U19 où je suis parti au Bouscat et à Saint-Aubin.

Tu es le capitaine de ton équipe cette saison. Avais-tu déjà exercé ce rôle auparavant ?
Oui, je l’ai été souvent étant jeune et en seniors.

Que représente pour toi le fait d’être le capitaine de ton équipe ?
C’est un honneur d’être capitaine de l’équipe première dans le club où j’ai débuté !

Comment conçois-tu ce rôle particulier ?
C’est un rôle où tu dois montrer l’exemple que ce soit sur le terrain et en dehors, être assidu aux entraînements, faire le lien entre les coachs et les joueurs.

Comment exerces-tu ce rôle au sein de ton équipe ?
C’est un rôle assez particulier pour moi.
Je ne suis pas un capitaine qui parle beaucoup avant le match, mais dès que le match commence, j’essaie de donner mon maximum et de tirer le meilleur de mes coéquipiers, parfois un peu trop mais j’espère qu’ils ne m’en veulent pas, surtout nos attaquants.

Merci Jean-Philippe !


 

Les capitaines ont la parole | Épisode 5


Bonjour Romain, peux-tu te présenter ?
Bonjour, je m’appelle Romain Courtot, j’ai 18 ans et je joue défenseur central en U19 R1.

Quel est ton parcours footballistique ?
J’ai commencé le foot en U7 au FC Saint-Médard-en-Jalles où j’ai joué avec mes frères pendant trois ans.
Je suis ensuite parti au FC Girondins de Bordeaux pendant trois ans également, de U10 à U12, qui m’ont beaucoup apporté avec trois entraînements par semaine et des tournois extraordinaires.
Ce sont trois saisons qui resteront dans ma mémoire.
Je suis ensuite arrivé a l’ESB en U13 et y suis resté jusqu’à ce jour.

Tu es le capitaine de ton équipe cette saison. Avais-tu déjà exercé ce rôle auparavant ?
Cela fait trois ans que je suis capitaine avec Charlie.
J’avais déjà porté sur quelques matchs auparavant le brassard mais jamais officiellement capitaine.

Que représente pour toi le fait d’être le capitaine de ton équipe ?
Je suis fier d’être capitaine, surtout d’une équipe aussi soudée que la nôtre.
Pour moi cela représente une forte confiance du coach mais aussi de l’équipe.

Comment conçois-tu ce rôle particulier ?
Selon moi, le rôle de capitaine est un rôle particulier car il faut savoir se concentrer sur l’équipe mais également sur soi-même, il faut être capable de s’occuper de son jeu aussi.
Le capitaine est là pour relayer le coach dans ce qu’il demande, sur et en dehors du terrain.
Il doit être exemplaire.
Il doit mener son équipe et être un leader respecté afin de tirer son équipe vers le haut.

Comment exerces-tu ce rôle au sein de ton équipe ?
J’essaye de m’assurer que tout se passe bien dans l’équipe, parfois prendre des initiatives pour organiser des moments où l’on se retrouve en dehors du terrain, des sorties, des soirées.
Sur le terrain j’essaye d’encourager au maximum mon équipe même si parfois il est difficile de garder son calme.
Même lorsque l’on est en difficulté j’essaye d’aider mon équipe au maximum, d’apporter ma rage de vaincre et mon amour du football pour ressortir plus forts.

Merci Romain !