11009717_731595520290430_7378465908235816753_n1487435_731578226958826_2339032819514981023_n

Coup de pouce pour William Warner et son club d’Oxano Agoè-Nyive au Togo.

Nous organisons une collecte d’équipements sportifs et tenues de football (crampons, maillots…) jusqu’au 30 juin.
N’hésitez pas à venir déposer vos dons au club house.

Pour suivre les activités d’Oxano, rendez-vous sur le compte facebook :
https://www.facebook.com/oxanoFC

Présentation du projet William est un ancien éducateur du stade bordelais et de l’ESB.  En 2010-2011, il projette de partir découvrir différentes méthodes d’apprentissage du football à travers le monde, ses premiers choix un pays africain et la Russie. Finalement, ça sera le Togo et il s’y installera pour participer au projet Oxano Agoé.

« Oxano » est la traduction latine du verbe grandir et donc le leitmotiv de notre travail, « Agoè » c’est le nom de la grande banlieue Nord de Lomé, la capitale du Togo, dans laquelle est implantée l’école de football.

L’idée de créer une école de football accessible à tous germait déjà dans la tête du président Eric Agbokou lorsqu’il étudiait la psychologie, utiliser le football comme vecteur d’éducation serait alors devenu sa devise.

C’est en septembre 2011, à l’occasion de l’arrivée de William WARNER, que le projet prit toute son envergure donnant ainsi naissance à une première promotion de jeunes talents. La sélection se faisant sur la seule base du potentiel technique. C’est sur le terrain du Collège Cacavelli, dont proviennent 70% des éléments que les promotions s’entraînent quotidiennement après les classes, avant de rejoindre les études du soir au sein-même de l’association EFD (Enfant-Foot-Développement), promoteur du projet.

Le football vecteur d’éducation

Au Togo, le sport reste essentiellement pratiqué comme un loisir et très peu de structures existent dans le domaine de la formation de la jeunesse. Seuls quelques tournois interscolaires permettent aux talents de s’exprimer sans vraiment pouvoir espérer un accompagnement durable.

La population a tendance à privilégier les études, au détriment du sport et autres activités culturelles, au regard du contexte social qui associe inévitablement un parcours sans faute à un avenir assuré. Le sport hérite donc d’une place très secondaire dans la vie de l’enfant ou de l’adolescent. Si ce dernier le pratique néanmoins régulièrement, il ne profite pas d’un entraînement ou d’une initiation aux principales aptitudes techniques, motrices, mentales ou tactiques pour parfaire son talent et avoir une chance de briller.

Dans le projet Oxano, le sport apparaît comme un élément moteur de l’éducation de l’enfant. L’équilibre école/sport permet au jeune de s’épanouir et d’évacuer tout en gardant un parallèle entre ses deux activités. L’enfant reste confronté aux obligations de tout apprenti, entre autre l’assiduité, la concentration, l’application, le respect, …

Autrement le football figure comme le sport phare au Togo et attise donc les passions les plus vives, la pratique périscolaire du football constitue donc un moyen de pression efficient dans l’aspiration à une scolarité réussie.

EFD, un promoteur dynamique

L’association Enfant-Foot-Développement a pour vocation de promouvoir la jeunesse à travers divers projets culturels. Depuis 2007, EFD s’est lancé dans une course contre l’ignorance. Eric Agbokou, l’instigateur et président, a pour coutume de dire que nous menons la révolution de la connaissance. C’est un combat pour offrir à la jeunesse l’accès aux arts du cinéma, du théâtre, de la musique ou du sport dans des cadres structurés de formation, offrir une éducation variée, une ouverture d’esprit, une confiance en soi, une vocation …

Le siège (mieux connu sous le nom de FOPEJ – Foyer pour les enfants et le jeunes), situé en plein cœur de la vivante banlieue d’Agoè, accueille quotidiennement une centaine d’élèves de 18H30 à 20H30 lors des cours de répétitions animés par Benjamin AMOUZOUVI, professeur de Mathématiques. Entouré par une équipe d’étudiants motivés, il aide les élèves, du CP à la Terminale, à franchir les étapes de programmes souvent chargés pour des jeunes livrés à eux-mêmes en matière d’études.

Les jeunes pousses de l’école de football sont en majorité réguliers à ces cours.

Les vacances estivales sont l’occasion d’organiser des camps de vacances dans des villages de la région et d’y faire des stages de football, ou d’autres activités culturelles.

Actuellement, William Warner développe les championnats pour les jeunes U11 à U17 et espère qu’Oxano soit le pionnier d’une longue liste d’écoles de football sérieuses au Togo.