Ce mois-ci, nous sommes allés rencontrer Denis Gouzou, entraîneur des gardiens des U17 aux Seniors. Entretien avec un passionné.

Denis_Gouzou

Bonjour Denis, quel a été ton parcours de joueur ?
J’ai joué de Poussins à Pupilles au Haillan, puis je suis allé au FC Saint-Médard-en-Jalles où je suis resté jusqu’en Seniors, en jouant de PH à CFA2.
J’ai ensuite rejoint Ambarès avant de terminer ma carrière à l’ES Blanquefort au début des années 2000.
Le tout en tant que gardien de but.
Une rupture du tendon d’Achille m’a alors contraint à mettre un terme à ma carrière de joueur.

Comment t’es venu cette idée de devenir gardien de but ?
Sûrement en suivant les pas de mon grand frère ! Il a joué à un bon niveau, cela a dû impacter mon envie de jouer gardien. Et puis j’aime bien la singularité de ce poste, avec les responsabilités qui y sont rattachées.

Tu es désormais entraîneur des gardiens au club…
Oui ! J’ai commencé dans l’encadrement en tant qu’éducateur avec Denis Boitel sur les U16 de l’ESB il y a quelques années.
Je suis désormais entraîneur des gardiens, dans ma troisième saison dans ce rôle. Lors de la première saison, je ne m’occupais que des jeunes ; j’encadre les plus âgés depuis la saison dernière, c’est-à-dire de U17 à Seniors.

Comment organises-tu tes séances ?
Je suis assez autonome dans la préparation. Nous avons une séance hebdomadaire d’1h30 le lundi soir, ce qui permet de travailler mais nous ne pouvons pas trop approfondir les thèmes abordés.
Pratiquement, je m’appuie pas mal sur la méthodologie d’Alexander Vencel, ancien gardien de but professionnel, qui est l’origine d’ouvrages et de DVD.
L’objectif principal est de donner confiance aux gardiens, et bien sûr de les faire progresser.
En ce sens, nous échangeons avant chaque séance sur le match qu’ils ont vécu le week-end précédent.
Je souhaite qu’il y ait toujours du plaisir durant mes entraînements !

Quels sont les axes de travail ?
On balaye toutes les aptitudes qu’un gardien doit présenter : cela va du placement à la prise de balle, en passant par la détente, les réflexes, la motricité ou encore la vivacité.
Nous recherchons de la répétition, indispensable pour progresser, tout en apportant de la variété dans les procédés que nous proposons.
Il est important pour moi que les joueurs prennent plaisir tout en travaillant.

Contrairement à un éducateur d’une équipe, tu ne gères « que » 4-5 joueurs. Est-ce que cela change quelque chose ?
Tout à fait ! Je n’ai que les bons côtés de l’éducateur (rires) ! J’ai la gestion du joueur et de l’homme, sans avoir de choix de joueur à faire ou un groupe entier à gérer.
Cela permet plus de proximité, renforcée par la particularité du poste.
Et puis j’ai la chance d’avoir affaire à de bons mecs : les plus jeunes sont à l’écoute des Seniors, et ces derniers sont bienveillants à leur égard.

Pour toi, quelles sont tes références à ce poste particulier de gardien de but ?
J’aimais bien l’école allemande, symbolisée par Oliver Kahn : pas toujours très esthétique mais très efficace !
Sinon pour moi un gardien comme Fabien Barthez a un peu révolutionné le poste, il a été un des premiers gardiens à avoir un jeu aux pieds très performant.

Un dernier mot ?
Je pense qu’on a la chance de disposer de bons gardiens de buts au club !
J’espère aider les gardiens à progresser ; une chose est sûre, je prends beaucoup de plaisir à les entraîner !

Merci Denis.