Jean-Philippe Rios est un joueur emblématique de l’ESB. Âgé de 25 ans, il a déjà passé 18 ans à arpenter les terrains blanquefortais avec sa patte gauche. Rencontre avec un amoureux du club.

JP_Rios

Quel est ton parcours footballistique ?
Il est des plus simple : j’ai commencé à l’âge de 7 ans (première année de Poussins) au sein de l’ES Blanquefort avec comme premier éducateur un certain Bernard Dustrit.
Depuis ce jour, je n’ai quitté le club qu’une seule saison en première année Seniors pour aller au Bouscat.
Cela fait donc près de 18 ans que je joue pour ce club.

Tu as « explosé » un peu sur le tard, comment l’expliques-tu ?
Écoute, j’ai beaucoup côtoyé le niveau District étant jeune, la faute peut être à un abus de gourmandise.
Je n’ai commencé à jouer en Ligue qu’en U19.
Une fois passée en Seniors, j’ai commencé avec l’équipe 3. J’étais entouré de supers mecs et j’ai surtout pu jouer avec des gens que j’apprécie comme Thibault Le Corre (passionné également par notre club), mais également son frère Cyril, Damien Scotti et un certain Charlie Houssinot qui n’est pas resté longtemps. Il y avait une très belle ambiance.
Après, Florian Perrier m’a fait confiance pour que j’intègre l’équipe 2 et cela s’est très bien passé ; un groupe s’est créé lors de ses saisons en Promotion de Ligue. D’ailleurs, ce groupe est désormais en intégralité en équipe 1 et cela ne m’étonne pas vu les nombreuses qualités qu’il y avait.
Je n’ai intégré l’équipe 1 qu’avec Michel Pavon la saison dernière, avec qui j’ai pas mal appris ; même si mon temps de jeu était réduit, le fait de m’entraîner avec ces joueurs m’a fait énormément progresser.
Malheureusement pour le club, beaucoup de ces joueurs sont partis à l’issue de la saison.

“J’ai connu de très belles personnes ici”

Tu es un peu le Francesco Totti de l’ESB, quel est le secret de ta longévité au club ?
Mon secret est tout simplement que j’aime ce club, c’est la ville où j’ai toujours vécu.
C’est là où j’ai passé mes plus belles années étant jeune, j’ai connu de très belle personnes ici et j’ai eu de bons éducateurs : Alain Dhieras, Richard Dhieras, Bernard Dustrit, Jérome Lecomte, Christophe Fernandez, José Guerreiro, Florian Perrier, Mathieu Sajous et j’en oublie.
C’est pour tout cela que je continuerais certainement encore longtemps dans ce club.

L’intersaison a été mouvementée, comment l’as-tu vécue ?
C’est vrai que les problèmes internes au club ont fait partir beaucoup de joueurs.
Du groupe de l’année dernière, il ne reste que Loic Tatdja, Mickaël Fernandes et moi.
Du coup, le staff de cette année (Jean-Francois Raoul, Eric Robinet et Raymond Sole) a dû tout reconstruire : faire monter les joueurs de l’équipe 2, recruter des nouveaux joueurs… Il fait un super boulot !
Pour une année de transition, on s’en sort pas trop mal, tout le monde est à l’écoute, est impliqué pour faire avancer le club et c’est une bonne chose.
Nous essayons également de véhiculer une bonne image de l’ESB à travers nos nombreux déplacements.

Tu es un des joueurs les plus expérimentés du groupe, qu’est-ce que cela implique par rapport à tes coéquipiers ?
C’est vrai que je n’ai que 25 ans et je suis déjà l’un des plus vieux, c’est extrêmement dur à vivre !
L’objectif principal cette saison est de former et fédérer un groupe solidaire.
Vu que nous sommes en année de transition, beaucoup de joueurs sont mutés et des choix sont malheureusement faits chaque semaine.
J’essaie donc de remobiliser à chaque fois les joueurs qui sont déçus de ne pas être pris.

Quel bilan tires-tu de cette première partie de saison ?
A titre collectif, nous sommes actuellement deuxièmes de notre groupe de DHR avec un championnat très serré.
Bien évidemment, la montée est un sujet dont on parle dans les vestiaires mais il ne faut absolument pas oublier que nous sommes un groupe en pleine reconstruction.
Mais si la montée est au bout, cela restera une année exceptionnelle étant donné les problèmes que le club a vécu l’année dernière et sera une énorme récompense pour tout le monde.
Après, à titre individuel, c’est ma première année complète à ce niveau, le coach me fait confiance et c’est important pour ma motivation personnelle.

“Finir dans les cinq premiers”

Quelles sont les perspectives de cette seconde partie de saison ?
Nous espérons finir dans les cinq premiers de cette poule à la fin de la saison.
Je ne te cache pas que, personnellement, j’espère réellement faire remonter le club en DH, on le mérite et beaucoup de gens espèrent la même chose.
Cela ne sera pas facile mais j’y crois.

Un dernier mot à ajouter ?
Je te remercie d’abord de m’avoir sollicité.
Le groupe Seniors n’oublie pas également de remercier tous les bénévoles du club, ce sont eux qui font vivre ce club et on ne les remerciera jamais assez.
Le groupe a également une pensée pour notre ami Sami Ben Ahmed qui s’est blessé ce week-end contre Bergerac et à qui l’on souhaite un bon rétablissement.
Et surtout, soyez nombreux à venir nous supporter, nous avons de super joueurs comme Manuel Couriat, Arnaud Reilhac, Benjamin Geffray et bien d’autres !

Merci Jean-Philippe !