Comment avais-tu vécu ce parcours ?
Comme une expérience exceptionnelle !
C’était nouveau pour moi de faire partie d’un collectif.

Quel match t’a le plus marqué dans cette épopée ?
Je dirais que je suis passé par plusieurs émotions. Mais celui qui m’a le plus marqué c’est notre défaite contre l’AS Monaco.

Quels moments t’ont le plus marqué dans cette épopée ?
La réception du Stade Bordelais et des Girondins de Bordeaux avec cette égalisation de notre gardien à la fin du match.

Loïc lors de cette rencontre face aux Girondins de Bordeaux

Quelles étaient les caractéristiques de votre équipe ?
Nous étions une équipe jeune.
Moins prête tactiquement et techniquement mais volontaire dans toutes les entreprises, que ce soit offensivement et défensivement.

Cette saison-là, vous vous êtes qualifiés à trois reprises aux tirs au but. Vous aviez une recette miracle ?
Non pas tellement, mais nous avions une grande détermination.

Avant d’affronter l’AS Monaco, vous aviez éliminés Angers SCO et les Girondins de Bordeaux, rencontres aux scénarios incroyables. Que gardes-tu de ces deux rencontres ?
Qu’il ne faut jamais se croire supérieur à une autre équipe quelque soit son niveau.
Toujours être plus déterminé.

L’aventure s’achève face à l’AS Monaco en 8ème de finale. Que retiens-tu de ce match ?
Une leçon de football. C’était juste incroyable !

Loïc face à Nampalys Mendy et Dennis Appiah contre l’AS Monaco

Dix ans plus tard, quel souvenir gardes-tu de ce beau parcours ?
Jouer au foot dans une équipe composée d’hommes c’est totalement mieux que de ne jouer qu’avec des “artistes”.

Es-tu toujours en contact avec des membres de cette équipe ?
Oui. Récemment on en a même discuté afin de se remémorer tout ça !

Quel a été ton parcours foot depuis ?
Je suis resté à l’ESB jusqu’à 2018, où j’ai évolué en équipe première et parfois été capitaine.
Puis j’ai fait une saison au Racing Club de Bordeaux et depuis deux ans je suis à l’US Bouscat.

Un dernier mot à ajouter ?
J’aimerais en profiter pour remercier l’ESB.
Remercier tous les entraîneurs qui m’ont fait confiance, m’ont donné ma chance et m’ont permis de vivre tout ça.
Un bonjour à tous ces hommes avec qui on a surpris beaucoup de monde et surtout nous-mêmes.

Merci Loïc !

Crédit photos : Gene Barros